Présentation

Aujourd'hui

Lundi

La semaine recommence, comme les 1134 autre semaine de ma vie, bon, si on enlève les 216 semaine ou le temps n'existait pas encore pour moi, sa nous laisse un 918 semaine....

 

Selon des calcule très scientifique effectuer pas le grand.....moi, si je vie jusqu'a la moyenne d'age général pour les homme(sa tourne au niveau du 80ans) ce qui serai un exploit vue mon mode de vie et la non calanche que je porte a mon endroit, j'aurai vécu 4320 semaine, ce qui laisse croire qu'a mon jeune age, j'aurait déjà effectuer le 1/4 de mon espérance de vie, qui risque fortement dans mon cas ce retrouver dans la 40aine ou 50aine ce qui voudrait dire que j'approcherai bientôt ma ''mi-vie''.

 

Bon, sur une note plus joyeuse, je vous souhaite une bonne semaine!

 

 ________________________

Tristant et Iseut

Textes du moyen âge
Thomas d'Angleterre
Tristan et Iseut
« La mort des amants »
vers 1170
Alors Tristan ressent une grande douleur, jamais il n'y en a eu et jamais il n'y en aura de plus grande. Il se tourne vers le mur et dit alors : « Que Dieu nous sauve, Yseult et moi ! Puisque vous ne voulez pas venir à moi, votre amour me tue. Je ne peux plus retenir ma vie. Je meurs pour vous, Yseult, ma belle amie. Vous n'avez pas pitié de ma souffrance mais vous éprouverez la douleur de ma mort. C'est pour moi, mon amie, un grand réconfort que de savoir que vous pleurerez ma mort ». Il dit trois fois « Amie Yseult », à la quatrième il rend l'esprit.
    Alors, dans toute la maison, les chevaliers et les compagnons se mettent à pleurer. Ils se lamentent tout haut car leur peine est grande. Les chevaliers et les sergents s'avancent et soulèvent le corps de Tristan hors de son lit, puis ils le couchent sur un drap de satin et le recouvrent d'un tissu de soie brodée.
    Le vent sur la mer s'est levé et il gonfle la voile : il fait venir le bateau à terre. Yseult a mis pied à terre et elle entend de grandes plaintes dans la rue, les cloches qui sonnent dans les églises et les chapelles. Elle demande des nouvelles aux gens : pourquoi sonne-t-on ainsi ? Pour qui donc sont toutes ces larmes ? Un vieillard lui répond : « Belle dame, que Dieu nous aide ! Nous subissons ici une immense douleur, si grande que personne n'en a jamais eu de telle. Le preux, le noble Tristan est mort : il était le réconfort de tous les habitants de ce royaume. Il était généreux envers ceux qui étaient dans le besoin. Il venait à l'aide de ceux qui souffraient. Il vient de mourir dans son lit d'une blessure qu'il avait reçue. Jamais une si grande calamité n'a frappé cette région ! »
    Dès qu'Yseult apprend la nouvelle, elle devient muette de douleur. Elle est si affligée de la mort de Tristan qu'elle erre à travers les rues, les vêtements en désordre, et elle passe devant tout le monde, jusqu'au palais. Les Bretons n'ont jamais vu de femme aussi belle qu'elle : on s'étonne à travers la ville, on se demande d'où elle vient et qui elle peut bien être.
    Yseut va droit vers le corps : elle se tourne vers l'Orient, elle prie humblement pour son ami. « Ami Tristan, quand je vous vois mort, il m'est impossible de trouver une bonne raison de vivre. Vous êtes mort de l'amour que vous me portiez, et moi je meurs, ami, de tendresse, puisque je n'ai pas pu venir à temps vous guérir de votre mal. Ami, ami, à cause de votre mort je ne trouverai jamais de réconfort en aucune chose. Je ne ressentirai jamais de joie, ni de gaieté, ni de plaisir à rien. Maudit soit cet orage, qui me fit tant rester en mer que je n'ai pas pu venir à vous ! Si j'étais arrivée à temps, je vous aurais rendu la vie, ami, et je vous aurais parlé doucement de l'amour qu'il y avait entre nous. J'aurais eu la douleur de raconter ma destinée, notre joie, nos réjouissances, la peine et la grande douleur que nous avons connues dans nos amours. Et je vous aurais rappelé tout cela, et je vous aurais pris dans mes bras, et je vous aurais embrassé. Si je n'ai pas pu vous secourir, mourons au moins ensemble ! Comme je n'ai pas pu venir à temps, et comme j'ignorais votre malheur, et comme je ne suis arrivée que pour vous trouver mort, c'est le même breuvage qui me réconfortera. Vous avez perdu la vie pour moi, j'agirai en véritable amie : je veux mourir pour vous de la même manière. »
    Elle le serre dans ses bras, elle s'étend près de lui et embrasse sa bouche et son visage. Elle le tient tout contre elle. Elle s'est étendue, son corps contre le sien, sa bouche contre la sienne. Elle rend l'âme en un instant et meurt ainsi à ses côtés, de la peine qu'elle éprouve pour son ami. Tristan est mort de son amour ; Yseult parce qu'elle n'a pas pu venir à temps. Tristan est mort de son amour ; la belle Yseult de sa tendresse pour lui.

La mort?

La mort est quelque chose de complexe, lorsque je regarde un cadavre(jamais vraiment en réel, plus à la télévision, youtube et etc) je suis incapable de ne pas faire de la projection et de m'imaginer comment il/elle pouvait être dans la vie, ces amis, son sourire matinal, quel sport ou quel film il/elle préférait et ainsi de suite, je me dis qu'il/elle devait avoir ces manie, ces défaults, qualités, tic, tous plein de chose dans le genre.

Je fais le même exercise avec mes proches, qui sont toujours en vie et moi-même et je constate que souvent, la mort n'emporte pas que l'aspect physique d'une personne, elle prend aussi tous le reste, tous ce qui fait que c'était une personne, je suis pas encore fixé sur ce problème ce qui rend mon explication difficile, j'essaie au final de comprendre ce que nous sommes et ce que nous ne sommes plus, lorsque nous mourront, tous ce qui fait ce que nous étions c'est tous ces petits détails et je crois, je pense que c'est lorsqu'un être chère meurt que nous nous en rendons compte.

C'est difficile de concevoir notre mort, peut-être suis-je cynique mais il m'arrive souvent de m'imaginer en cadavre...de cette façon, je ne risque pas d'être surpris de ma gueule d'enterrement lorsque ça arrivera... :p

Recommander

Vendredi 15 janvier 5 15 /01 /Jan 12:45
J'ai tellement des truc s bizarre qui me passe par la tête....s'en est même parfois, en faite souvent, dérangeant, même pour moi qui pourtant y est habituer.

Lorsque je parle à mes amis, parents et même parfois connaissance et que je leur parle de ce qu'il y a de moins pire dans ma tête, ils sont tous décourager, parfois même ils m'avoue avoir de la difficulté à entendre ce que je leur dis car ça affecte leur moral.

Sauf que ce que je leur confie, c'est rien à coté de ce que je me fais endurer jour et nuit car oui, même dans mon sommeil, je n'y échappe pas.

La mort prend une place disproportionner à l'intérieur de mon crâne, la mort, la vieillesse, les questions existentiel, je veux dire, c'est permanent, jamais, jamais mon cerveaux ne cesse de me marteler.

Ce n'est pas tant les question sur la mort, que sur le processus, comment on meurt, comment vais-je mourir, je me vois souvent en cadavre, mort, je me vois souvent à mon enterrement, je me vois souvent mourir, j'en est marre, c'est dingue et pourtant, ce n'est rien.

Je suis pas la à prétendre voir ma vrai mort ou mon vrai cadavre, car si c'est le cas, j'ai peur qu'il ne me reste que peu de temps, puisque je suis jeune, lorsque je m'imagine, involontairement, mort, lorsque je me rêve, mort, lorsque je me vois mourir.

Ça m'arrive presque aussi souvent avec les gens qui m'entoure, je les vois mort, ma mère, mon meilleur ami, ma famille, même ceux que j'ai perdu, je veux dire, qui sont déjà mort, je les vois mort, c'est dans ma tête, ça sort pas.

J'ai toujours penser, espéré même, mourir jeune, j'ai trop peur de vieillir, j'ai pas cette impression depuis 2ans, 4ans, 6ans, non, depuis bien plus longtemps, depuis fort, fort longtemps en faite, bien avant que je sois pris de la peur de mourir.

Je me vois me noyez le plus souvent, est-ce que cela découle d'une peur, sans doute, en faite, tous ce cirque dans ma tête découle à mon avis forcément de la peur, puisque cela me hante, c'est que j'y accorde forcément de l'importance, cela dit, c'est involontaire, faudrait alors parlez du subconscient mais encore là, quel genre de message sordide et morbide me passerais-je à moi-même via mon inconscient...?

Est-ce que j'essaie de me faire accepter le fait que je vais mourir?

Est-ce le but de tous ça, que je vais perdre mes amis, ma familles, ma mère, moi-même, que c'est quelques choses sur lequel je n'est aucun pouvoir?

Serait-ce ce message que je m'envoie, chaque jours?

La peur de perdre quelques choses, la peur de perdre un être chère, la peur de perdre la vie, peut-être est-ce le vrai message, peut-être ne suis-je pas fou, ou tordu d'esprit...

Il y a peut-être un processus intime visant à me préparer à l'inévitable, ce qui découlerais peut-être d'une non acceptation, je pourrais être inconsciemment à construire une sorte de protection, pour m'évitez un choc trop grand, ayant vue la scène de la mort de mes proches des centaines et centaines de fois, cela pourrait être une façon de me protéger.

Je sais que je vais mourir mais...c'est étrange, je sais que j'aime le steak mais c'est différent de savoir que je vais mourir, je ne le sais pas de la même manière, peut-être est-ce en raison du fait que j'ai fait l'expérience du steak alors que de la mort, ce n'est jamais arrivé, ce qui pourrait expliquer la différence entre savoir que j'aime un steak et savoir que je vais mourir.

J'aimerais tellement comprendre....

 
Par Crayon - Publié dans : Tranche de vie
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Parlont un peu!

Et bien, nous sommes maintenant en 2009, d'ici quelques mois nous serrons en 2010 puis viendra 2011 et ensuite 2012(l'année fatidique....hooooo)
Style musicaux

J'aime....blink, Evanescence, sum41,slipknot,radio head,oasis et green day, pour tous vous dire j'en reste la car ma liste est longue, je dirait meme tres longue, mais sa vous donne déja une idée!

 Mes film preféré

Je suis un grand fan de ''la vie est belle'' un film avec roberto binini,les film d'action en général, j'ai bien aimé troy, un ciel couleur vanille qui est fantastique(lorsque tu réeusi a suivre le film), et malgrer une rétisance évidente envers les film d'amour, j'ai adorer les pages de notre amour.

Manga?

Je suis l'un des plus grand fan sur cette planette de dragon ball, j'adore ce manga, il a fait partie de mon adolescence, alors il est certain qu'il gardera une place privilégier dans mon coeur!

D'ou je vien?

Et bien je suis un canadien français, de Quebec pour etre précit et pour les quelque personne qui pourait ce poser la question, je ne suis plus souvreniste!

________________________

 

J'aime écrire, je ne sait trop pourquoi car pour tous avouer n'est pas une grande patience, pourtant je trouve toujours quelque minute pour écrire, je le fait depuis deja plusieur année, avant c'étais un pass temps comme un autre, alors j'ai perdu plusieur texte, parfoit meme d'exélent texte, surtout l'un de seux la que je considere comme le meilleur écrit que je n'est jamais fait : ( , je me console néamoin en me disant que j'ai toute la vie pour en écrire un meilleur.

 ________________________

Sports?

Ici le sport national est le hockey, ce sport fait partie intégral de ma vie, je vie au meme rytme que mes canadiens(c'est le nom de notre équipe).

Je suis un grand fan de ce sport et de notre équipe, c'est d'ailleur sans aucun doute le plus beau sport au monde!

_________________________

J'aime le ciel, j'aime les planettes, l'un de m'est plus beau reve étais de me retrouver un jour sur une autre planette, j'aurai tellement aimé voyager dans l'espace, visité des mondes, traversé l'univers, c'est chose imposible et cela me désole de savoir que c'est un reve qui ne ce réalisera jamais.

_________________________

Je suis....

Du genre a me demander pourquoi une fourchette est une fourchette, pourquoi un bas n'est pas un soulier et moi un singe, mon mirroire pourait etre une voiture, pourquoi le vent n'est pas le soleil, la lune n'est pas un bol.....

 

 

 

 

Texte Libre

Ya un drôle de type hier, qui est venue me parler dans l'arrêt d'autobus, il marchait comme ça et il est entré en s’exclament ''Hoooo'' je l'est regardé, du coins de l'oeil car j'étais pas vraiment certain que sont ‘’hoooo’’ s’adressait à moi. À ma grande surpris, il me fixait, il était pas très grand, je dirais 5’6 ou 5’7 au grand maximum enfin, lorsqu’il a vue que je le regardais, il m’a demandé ‘’Pourquoi est-ce que tu prend l’autobus’’ tous ça avec un regard vraiment foudroyant, ce serait mentir que de dire que je n’est pas pensé pendant quelques secondes que j’allais me faire enguirlandé par un fucké, car son ton de voix et son regard me laissais vraiment perplexe, de plus, il avait un accent étrange, je dirais à première vue(visage/accent) que c’était un portugais, m’enfin, je lui répond bêtement (Car j’habite loin) il me répond à nouveau ‘’Hoooo’’, étant quelqu’un qui ce parle beaucoup, je me dis comme ça, ‘’c’est toujours moi qui ce ramasse les mongoles’’ car j’ai vécu une autre histoire relativement semblable quelques mois avant.

Il continue a me jaser ça, lui il marche, il va marcher jusqu’au pont(fouillé moi pourquoi il fait ça), il me demande ensuite mon adresse, je part à rire dans le genre ‘’Haa haa haa’’ en le regardant et je lui dis ‘’sans blague’’ il me dit, ‘’c’est pas une blague’’…je lui fait un jolie sourire et lui répond, ‘’St rédempteur, sans abris’’ il me répond encore ‘’hoooo’’ et puis me dis ‘’tu y va avec ça’’ en pointant mon sac, pour faire court dans mon sac, il y avait du stock en sale (Un sac de 3 litre de lait, 3 jus 1 litre oasis, un 2 litres de pepsis, un chips doritos et de la margarine) il était vraiment lourd, tellement que j’ai eu l’air d’un cave en montant dans l’autobus mais ça c’est plus loin dans mon histoire, je lui répond(au sujet du sac) ‘’oui, j’ai pas l’intention de le laisser ici’’ et encore, je vous le jure, il me répond ‘’hoooo’’ et puis me demande quelle autobus je prends, et bien ‘’la 90’’ que je lui répond, encore, bon inutile que je vous le disent…en faite si…’’hoooo’’ et puis il décide de partir ‘’enfin’’ que je me suis dis au même moment mais semble qu’il n’est pas dis son dernier mots, il ce retourne et il me souhaite bonne chance…et bien..’’Merci là, bonne marche jusqu’au pont’’ et puis il part.

Pour ceux qui ce le demande, on était vraiment très loin du pont, un vrai malade le gars…

Le bus arrive, je n’y pense plus, je prends mon sac que j’ai placé à terre quelques minutes avant, en dehors de l’abri. C’est glissant sur le sol et j’oublie pendant quelques secondes que mon sac suivra pas comme d’habitude, j’ai tiré sur le sac alors que j’étais en mouvement vers l’autobus, sol glissant + sac plus lourd qu’on pense et oui, je me casse la gueule live devant l’autobus et le chauffeur qui me regarde, je me sens très intelligent, je suis par terre, dans ce qui ce veut être de la sloche, je suis tout dégueulasse et mon sac est là, à la même place, il n’a pas bougé, un peu pour me narguer je suppose… J’entre dans l’autobus, déjà que tous le monde me regarde, il faut en plus que je ‘’gosse’’ avec ma monnaie que j’ai éparpillé dans les 2 poches, ça coûte 3 et 25, ça m’a pris au moins, gros minimum 30 secondes, et c’est long 30 secondes quand 25 personnes te regarde alors que tu vient juste de te péter la gueule et que le chauffeur te regarde avec son transfert en mains à attendre que tu finisse par trouver le dernier 25 cents, que j’ai finalement trouvé et la viens le moment fatidique, je prends mon sac et je me tourne face à tous le monde, pour allez me trouver une place, tous le monde, je le dis la, tous le monde me fixait.

Tous ce que j’ai trouvé de bon à me dire est ‘’bravo champions’’

Je suis toujours vivant

C'est un peu pathétique mais c'est une observation que je partage avec vous.

Dans le fond, pouvions nous en dire autant il y a 12 milliards d'années?

Nous non, l'univers si, à la différence que l'univers ne parle pas, enfin, pas que nous sachions....

J'essayais de réalisé combien c'était cour, vivre 80ans sur 15 milliards d'années, j'essayais de me dire que l'état normal était tous simplement de ne pas existé, de ne pas être vivant.

Pour nous, le monde, l'univers a commencer à exister le jour de notre naissance, nous évaluons le temps en fonction de nous, l'être humain, sauf que si je me prette à l'exercice d'évaluer le temps en fonction de l'univers tous entier, le temps prend une nouvelle forme.

Chose difficile à concevoir, l'univers était là bien, bien avant moi et chose encore plus difficile à concevoir, il sera là bien après moi, aujourd'hui encore, si je regarde de mon point de vue, je suis à la fin, je suis au présent, le présent étant la limite, il s'est passé entre 12 à 15 milliards d'années pour que je sois ici à vous parlez mais combiens s'en passera après?

Suis-je au début, au millieu, ou suis-je?

Difficile de me comprendre j'imagine, j'essaie d'imaginer à quel moment je me situe dans l'existance de l'univers, est-ce que je me situe à ces débuts ou sommes nous tous vers la fin, ou le millieu.

Pour le savoir, il faudrait savoir avec exactitude ou ce situe la fin de l'univers, ce qui est, je ne le crain, impossible.

Alors donc, il est permis de croire que nous avons existé au début de l'univers, puisqu'il ce pourrait qu'il existe encore 100, 200, 500 milliards d'années, que sera alors les 15 premiers milliards?

Qu'est ma vie de 80 années humaines sur 15 milliards d'années?

J'étais mort, sans existance pendant les 15 premiers milliards d'années et à ma mort, je ne sais trop quand, je retrouverais l'état normal, l'état ou je passerais la pas mal grosse majorité de l'existance qu'aura l'univers.

Chose intéressante, les 15 milliards d'années m'on parru passé plus rapidement que les 24 dernières....
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus